Aller à…

Osez les livres

Actualité littéraire

Osez les livres on YouTubeRSS Feed

20 octobre 2018

L’Académie française met en garde contre le «péril mortel» de l’écriture inclusive



Et vous, qu’en pensez vous ?

L’Académie française met en garde contre le «péril mortel» de l’écriture inclusive

Les Immortels, à l’unanimité, estiment que cette nouvelle pratique est un danger pour la langue française.


Source de l’article :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/10/26/01016-20171026ARTFIG00256-l-academie-francaise-met-en-garde-contre-le-peril-mortel-de-l-ecriture-inclusive.php

Mots clés: , , , , , , , , , , ,

26 Réponses “L’Académie française met en garde contre le «péril mortel» de l’écriture inclusive”

  1. 26 octobre 2017 à 17 h 27 min

    Entièrement d’accord avec l’Académie Française. Nous avons une langue magnifique, pourquoi la « spoiler » comme disent les Anglais.

  2. 26 octobre 2017 à 17 h 30 min

    C’est ce qu’on appelle l’évolution du langage parlé/écrit, on ne comprend rien à un texte du moyen-âge, pourtant c’est du français. Il a fallu pour cela que le populaire façonne la langue elle-même. Je ne suis pas contre ce type d’écriture, par contre je ne féminise pas les professions, auteure, professeure, écrivaine… et dermatologue féminisée … ça devient quoi ?

  3. 26 octobre 2017 à 17 h 46 min

    Entièrement d’accord ! On comprend très bien sans cela, à moins d’être demeuré !!

  4. 26 octobre 2017 à 18 h 26 min

    Que s’ils ne veulent pas de l’écriture inclusive, qu’ils proposent une autre manière de rendre la langue plus neutre. Je n’ai jamais compris pourquoi quand un groupe comprend 20 filles et 1 garçon, on doit dire « ils ». L’écriture inclusive permet de se rendre compte qu’un groupe annoncé (reprenons l’exemple cité : les artisan.e.s) n’est pas composé que d’hommes.

  5. 26 octobre 2017 à 18 h 28 min

    Péril mortel peut être pas!! Mais je ne suis pas pour l’écriture inclusive

  6. 26 octobre 2017 à 18 h 40 min

    Pour moi un livre écrit avec cette écriture, eh bien il va rester dans la librairie et bien fait pour lui!!!

  7. 26 octobre 2017 à 18 h 43 min

    A force de vouloir parler à tous prix des femmes aussi, on les présente comme des complexées de leur sexe et de leur identité…..Il fallait bien choisir une règle d’accord…On peut inverser et dire que le « féminin l’emporte sur le masculin »…..mais je ne pense pas que ce changement fasse disparaître le sexisme! On l’inverserait tout simplement….Et je continue de penser que le sexe masculin est différent du sexe féminin et que la différence n’empêche pas le respect de l’un et de l’autre…..

  8. 26 octobre 2017 à 18 h 51 min

    L’écriture inclusive est aussi ridicule que l’Académie française.

  9. 26 octobre 2017 à 19 h 13 min

    Pour une fois que j’approuve sans réserve ce que dit l’Académie française !

  10. 26 octobre 2017 à 19 h 22 min

    Comment en arrive-t-on à de telles absurdités, sous le prétexte de l’égalité. Il suffit de mettre les deux noms communs, l’un masculin et l’autre féminin.

  11. 26 octobre 2017 à 19 h 29 min

    Je suis pour l’écriture inclusive!
    Une langue qui évolue est une langue vivante.
    C’est l’académie qui a instaurée « le masculin l’emporte sur le féminin  » pas pour des raisons de facilité la langue mais pour la raison qu’ils considéraient les femmes comme inférieures! !!!
    La règle avant était la proximité : le vase et la boîte sont vertes ou la boîte et le vase sont verts….

    L’écriture inclusive permet de réintroduire le féminin dans l’écrit. …

    Et c’est comme toute nouveauté. …a force de le lire on s’y habitué très vite!

  12. 26 octobre 2017 à 19 h 46 min

    Mortel et ben. Ces messieurs sont vraiment bien attachés à toutes les formes de leur domination aux point d’en mourir si l’on recherche l’inclusion et l’égalité ?

  13. 26 octobre 2017 à 20 h 24 min

    Comment une assemblée de vieux-vieux essentiellement masculine pourrait- elle entériner cela .. Ha ha ha. Faisons avancer la visibilité et la parité… Signé une vieille!

  14. 26 octobre 2017 à 20 h 41 min

    Je ne suis pas bien certaine que l’écriture inclusive serve la cause des femmes. Qui plus est, C’est illisible

  15. 26 octobre 2017 à 20 h 45 min

    Je ne vois pas en quoi ce serait plus clair puisque c’est évident.
    Par contre continuer à dire que le masculin l’emporte sur le féminin ; il y a à redire !

  16. 26 octobre 2017 à 20 h 48 min

    L’utilisation du point, c’est n’importe quoi. Le point a déjà une signification dans la grammaire française.
    Tiens, ça va être marrant quand vous devrez rendre un devoir avec x mots. Votre logiciel comptera les e et les s comme tels 😄
    Et puis comment lire cette horreur ?

  17. 26 octobre 2017 à 21 h 00 min

    La modification d’une langue ne se décrète pas.Complexifier à ce point les choses au nom d’une idéologie,c’est du flan !

  18. 26 octobre 2017 à 22 h 28 min

    Loin d’être une militante féministe, je suis pour l’égalité homme femme.

    Là, je trouve pourtant que c’est du grand n’importe quoi. Autant, je défends le fait d’utiliser de préférence les noms féminins lorsqu’ils existent (auteure ou autrice…), de féminiser les professions et les termes qui ont vocation à l’être, autant je ne vois pas l’intérêt de cette écriture inclusive.

    En quoi cette manière d’écrire changera-t-elle les mentalités ? Qu’apportera-t-elle à la cause des femmes ? Gommera-t-elle les inégalités passées, présentes et à venir ? Induira-t-elle un changement radical ou progressif des comportements machistes, irrespectueux, voire violents envers les femmes (les enfants, les minorités, etc.) ?

    Son existence empêchera-t-elle les conduites intolérables allant de la drague lourdingue au viol, en passant par le harcèlement, les abus et les agressions, dont sont victimes des millions de femmes de par le monde et relayées actuellement par de nombreuses publications sur les réseaux sociaux et la Presse ? Et ce quelle que soit la langue utilisée.

    La simple lettre « e » encadrée par deux points, dans un texte, nous permettra-t-elle un jour de vivre dans une société respectueuse et égalitaire ? Je ne le pense pas. J’estime que ces changements ne pourront se faire que par le biais d’une prise de conscience collective, l’éducation, une législation équitable et une justice impartiale.

    En revanche, ce dont je suis persuadée c’est qu’elle va rendre encore plus complexe une langue qui l’est déjà, en compliquer non seulement sa lecture (orale), mais aussi et surtout son écriture.

    Les Français (enfants et adultes) ont déjà suffisamment de difficultés à écrire sans faire de fautes. Rappelons également que le niveau en orthographe n’a cessé de baisser depuis les années 80…

  19. 27 octobre 2017 à 2 h 26 min

    Je suis d’accord avec Lili Guezet , je ne vois pas bien ce que cela peut apporter de plus pour les femmes, les féministes ( celles mentionnées dans l’article) font à mon avis fausse route. De là, à parler de péril mortel😮.. je trouve plus inquiétant la baisse de niveau en grammaire et en orthographe. C’est rendre compliqué ce qui l’est déjà, dommage.

  20. 27 octobre 2017 à 6 h 04 min

    Le masculin doit être considéré comme un homophone du neutre, comme dans « il pleut ». On ne doit pas dire »le masculin l’emporte sur … » ça c’était une phrase stupide qui s’est perpétuée stupidement. L’écriture inclusive est grotesque mais son enjeu ne l’est pas. Disons que le féminin et le masculin s’annulent et que le neutre ou l’indéfini apparaît. C’est la façon d’enseigner qui doit changer pas l’orthographe.

  21. 27 octobre 2017 à 6 h 47 min

    J’ai appris que jusqu’ à XVII siècle on faisait l’accord avec le nom plus proche au verbe (les femmes et les hommes sont beaux-les hommes et les femmes sont belles) ça n’était pas mal,no?

  22. 27 octobre 2017 à 9 h 10 min

    « Le péril mortel » je peux rire mille ans!
    L’académie française refuse chaque évolution de la langue depuis tellement de temps que je ne sais pas pourquoi on les écoute encore. Je suis pourtant assez réactionnaire lorsque l’on touche à notre langue, mais il est temps peut-être que notre langue s’adapte à ceux qui la parlent.
    Féminiser les noms de métier est déjà une très bonne étape, malheureusement très mal reçue, j’entends plus de moqueries que de soutien, c’est dire si c’était utile d’y venir.
    L’écriture inclusive concerne l’écrit, et si elle est effectivement compliquée il serait temps d’arrêter de ne parler qu’au masculin. Après ça ne s’adresse qu’aux groupes, donc ce n’est pas très exigeant et donne des informations. Si vraiment cela dérange pourquoi ne pas faire en sorte que le féminin l’emporte quand les femmes sont plus nombreuses dans le groupe?

  23. 27 octobre 2017 à 9 h 32 min

    Et puis, franchement, elles ont déjà obtenu le droit de voter, le droit de détenir un chéquier, faut pas pousser quand même

  24. 27 octobre 2017 à 9 h 54 min

    une atteinte à la langue française à l’initiative de personnes totalement incultes, soit disant pour la parité. Parité du néant, culturel.

  25. 27 octobre 2017 à 12 h 14 min

    Je les comprends parfaitement, c’est du grand n’importe quoi ce style d’écriture, et un vrai calvaire à appliquer (ça se pratique déjà dans mon entreprise). Ça rends les textes illisibles.

  26. szym
    9 novembre 2017 à 12 h 00 min

    Il faut être vraiment anormale pour demander à la langue française d’être sexiste, au point de transformer 1500 ans d’études grammaticales pour faire du n’importe quoi. Arrêtons ce nouveau genre de protestations car sinon n’importe qui pourra faire du n’importe quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *