Aller à…

Osez les livres

Actualité littéraire

Osez les livres on YouTubeRSS Feed

23 octobre 2017

Panier littéraire des Quais du Polar


 

FullSizeRender-4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brigade des mineurs

 

La Brigade de protection des mineurs (BPM) est l’une des six brigades spécialisées de la Police judiciaire parisienne. Elle traite près de 1600 affaires par an pour environ 80 enquêteurs, répartis en deux grandes entités : la Section opérationnelle et la Section Intrafamiliale. Entités auxquelles il faut ajouter le Groupe Internet, qui lutte contre le téléchargement et la diffusion d’images pédopornographiques.

http://amzn.to/2oD8JeW

Mör

Le nouveau roman de Johana Gustawsson va vous couper l’appétit

Après Block 46, le duo d’enquêtrices Emily Roy (profileuse de renom, froide et parfois curieusement maternelle) et Alexis Castells (écrivaine de true crime) revient pour une enquête terrifiante qui explore, cette fois encore, l’histoire et les liens familiaux.

On retrouve, en Suède, un cadavre de femme amputé de plusieurs kilos de chair : les seins, les hanches, les cuisses et les fesses ont disparu. Au même moment, à Londres, Emily Roy enquête sur une disparition inquiétante : une actrice célèbre a été enlevée, et ses chaussures abandonnées à proximité de son domicile, dans un sac plastique, avec une paire de chaussettes soigneusement pliées dedans.

Ces deux crimes portent la signature du serial killer qui a tué l’ancien compagnon d’Alexis Castells au moment de son arrestation : Richard Hemfield. Hemfield est enfermé à vie à l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor, pour le meurtre de six femmes blanches, retrouvées, en l’espace de deux ans, assassinées et amputées de leurs seins, de leurs fesses, de leurs cuisses et de leurs hanches…

Le problème, c’est que Richard Hemfield est en prison depuis dix ans. Comment expliquer que ses crimes recommencent ?

Le nouveau roman de Johana Gustawsson plonge cette fois encore ses racines dans l’histoire : au cœur du Londres du XIXe siècle, dans les ruelles sillonnées par Jack L’Éventreur. De génération en génération, entre Londres et la Suède, une curieuse coutume s’est transmise : le cannibalisme, par goût, par loyauté et par vengeance, pour sceller entre eux les membres d’une même famille.

Comme chez Camilla Läckberg, à qui on a plusieurs fois comparé le premier roman de Johana Gustawsson, Block 46, l’évolution personnelle des personnages apporte toute sa profondeur au développement de la série.

Mör est un roman d’une grande féminité, qui explore le désir, la fusion, la folie des liens familiaux. Familles dysfonctionnelles, heureuses ou mise en péril par les pulsions et la transmission, violente ou inconsciente, des perversions familiales.

Chargés de résoudre de nouveaux crimes atroces, les équipes de recherche suédoise (Bergström, Olofsson, et deux nouveaux personnages féminins, Karla Hansen et Aliénor Lindbergh) et anglaise (Emily Roy, Alexis Castells et Jack Pearce), sentent résonner profondément, dans leur histoire personnelle, les événements auxquels ils sont confrontés.

Pour Alexis Castells, Richard Hemfield fait violemment resurgir le passé et la mort de son compagnon :  replonger dans les dossiers qui l’obsèdent depuis dix ans est peut-être, cette fois, la seule façon pour elle d’envisager l’avenir. Elle doit combattre ses fantômes et sa peine, achever son deuil, pour revenir à la vie aux côtés de Stellan, rencontré en Suède au cours du premier roman de la série.

Emily Roy porte en elle la cicatrice jamais refermée de la mort de son enfant et de la mutilation qu’elle a subie à la fin de Block 46, quand Ebner lui a tranché le téton. Elle incarne une figure complexe de la maternité, en miroir déformé des femmes et des mères qui ont nourri leur progéniture, en Suède, avec de la chair humaine.

Comme Block 46, Mör repose sur un twist majeur qu’il est impossible de révéler sans lui fait perdre toute sa saveur : Johana Gustawsson travaille, de façon documentée toujours, sur la manipulation de son lecteur, pour faire résonner la réalité de ce qui donne chair à la fiction. Le succès de Block 46 prouve que sa recette fonctionne.

http://amzn.to/2ppwIN0

Femme sur écoute – Prix Landerneau Polar

 

Manon est strip-teaseuse et escort girl dans le quartier du Triangle d’or à Paris. Elle vit avec sa sœur, étudiante en philo, et le bébé qu’elle a eu avec Bison, incarcéré en préventive pour un braquage raté. Manon ne mène qu’une bataille, celle de son avenir. Le plan : racheter une boutique sur les Champs-Élysées et par la même occasion, sa respectabilité. Mais ça, c’était avant qu’on pirate sa vie.

Pôle judiciaire des Batignolles. Les enquêteurs de la brigade criminelle, tout juste délogés du légendaire 36 quai des Orfèvres pour un nouveau cadre aseptisé, s’escriment à comprendre pourquoi chacune des enquêtes en cours fuite dans la presse. Compostel et Kaminski sont à la tête d’une jeune garde, qu’a récemment rejointe Lola Rivière. Absences répétées, justifications aux motifs évasifs… La réputation de l’experte en cybercriminalité n’est pas brillante. Compostel a malgré tout décidé de lui accorder sa confiance en lui remettant pour dissection l’ordinateur de son fils, suicidé trois ans plus tôt.

Sexe, politique, sécurité… Et des morts sans connexions apparentes. Au plus près du réel, en s’appuyant sur le système des écoutes téléphoniques, Hervé Jourdain bâtit une intrigue à l’architecture saisissante, doublée d’un portrait (à l’acide) de son époque.

http://amzn.to/2ppDJOd

Bombes Broché

http://amzn.to/2oAipFw

L’Amante d’Étretat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *