Aller à…

Osez les livres

Actualité littéraire

Osez les livres on YouTubeRSS Feed

17 octobre 2018

répond

Prix Renaudot : Marco Koskas répond aux libraires en colère

Il fait partie de la sélection pour le Renaudot, il est la cible de la fronde des libraires, il s’agit de Marco Koskas, voici son droit de réponse à cette « fronde des libraires », c’est paru dans l’Obs. #MarcoKoskas #littérature #sélection #prixRenaudot #littérature #prixlittéraire #fronde #libraires #Amazon #lire #lecture #lectrices #lecteurs Prix Renaudot : Marco Koskas

«J’écris pour vous faire honte» : Edouard Louis répond à l’Elysée, qui s’enthousiasmerait pour son livre

Edouard Louis a publié un roman intitulé « Qui a tué mon père ?  » paru au Seuil . #EdouardLouis #littérature #lire #lecture #lectrices #lecteurs #EditionsduSeuil «J’écris pour vous faire honte» : Edouard Louis répond à l’Elysée, qui s’enthousiasmerait pour son livre Au plus haut niveau de l’Etat, un livre circulerait sous les manteaux. Pas n’importe

Tennessee Williams répond à ceux qui lui reprochent de se complaire dans le morbide (1968)

Il fut une époque ou Tenessee Williams répondait à ses détracteurs qui l’accusaient de se complaire dans les sujets morbides .. c’était en 1968. #TenesseeWilliams #archives #LeFigaro #littérature #Théâtre #lire #lecture #lectrices #lecteurs Tennessee Williams répond à ceux qui lui reprochent de se complaire dans le morbide (1968) Source de l’article : http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2018/02/23/26010-20180223ARTFIG00322-tennessee-williams-repond-a-ceux-qui-lui-reprochent-de-se-complaire-dans-le-morbide-1968.php

Pour Germano Zullo et Albertine, le président ne répond plus

littérature jeunesse : découvrez cette semaine « Le président du Monde » de Germano Zullo et Albertine , paru aux éditions La joie de lire . #GermanoZullo #Albertine #littérature #jeunesse #enfant #lire #lecture #lectrices #lecteurs #LaJoieDeLire Pour Germano Zullo et Albertine, le président ne répond plus CHRONIQUE JEUNESSE – En ces temps électoraux, Françoise Dargent, du Figaro