Aller à…

Osez Les Livres

Osez Les Livres on YouTubeRSS Feed

Une bien belle expérience This man quit his job to open a floating bookshop in …



Une bien belle expérience

This man quit his job to open a floating bookshop in London 💛 📚




Source :

Mots clés: , , , , , , , , ,

3 Réponses “Une bien belle expérience This man quit his job to open a floating bookshop in …”

  1. Sandrine Ogier
    août 6, 2017 à 6:25

    Bravo ❤️

  2. Françoise Gasser
    août 6, 2017 à 10:05

    J’ai plaisir à partager avec le groupe “Osez… les livres” ce passage extrait de l’une de mes lectures du moment :
    […]
    — Le pays du livre d’occasion a ses frontières aussi. Il va du quai d’Orsay au Jardin des Plantes, sur la rive gauche, et de la Samar, comme on dit, au Châtelet, sur la rive droite. Les boîtes en sont, en principe, accordées par la Ville aux mutilés de la guerre et aux pères d’une famille nombreuse, à raison de soixante-cinq francs par an, sur huit mètres de long. Quand un bouquiniste atteint l’âge respectable de soixante-dix ans ou qu’il tombe malade, il peut sous-louer son commerce à un remplaçant et se faire doubler jusqu’à sa mort. Mais il ne peut céder sa charge, comme ferait un agent de change. Une fois le dernier soupir poussé, la Ville intervient. […] L’été, quand il fait très chaud, les bouquinistes femmes n’hésitent pas à plonger dans la Seine. […] En quelques brasses, la petite dame atteint la berge, ramasse son peignoir, remonte vers les bibliothèques en séchant ses mains sur ses hanches, cède le Taine, le Flaubert ou le Jean Lorrain au client, et retourne dans l’eau fraîche…
    […]
    Au sujet de Champion le père, cette remarque qui, dans un siècle, donnera encore le goût de la rêverie aux derniers bibliophiles : « L’atmosphère était érasmique, XVIe siècle en diable, et de haute et cordiale intellectualité. Quand il voyait qu’un livre vous faisait envie, Champion disait doucement : “Prenez-le… Mais non, mais non, vous le paierez une autre fois” ». —[…]
    (in Léon-Paul FARGUE, Le Piéton de Paris, nrf, Gallimard, 1939.)

  3. Alexa Lacoste
    août 6, 2017 à 12:42

    J’aimerais faire la même chose à Dijon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *