Aller à…

Osez Les Livres

Osez Les Livres on YouTubeRSS Feed

25 Réponses “Comment Hachette force les libraires à proposer les livres de Guillaume Musso”

  1. Rose BasDel
    avril 2, 2019 à 6:18

    Moi je vends du livre d occasion alors je choisis !

  2. Pripri Hd
    avril 2, 2019 à 6:18

    Consommation avant littérature, argent avant culture, le sens des priorités en 2019…😭

  3. Cathie Merli
    avril 2, 2019 à 6:37

    Ça prouve bien que ce sont des daubes et que c’est de la vente forcée. Musso, Levy etc… j’ai essayé pour pouvoir me faire une opinion, c’est vite lu, vite oublié et non merci je ne me laisse plus prendre..

  4. Olivier Bigan
    avril 2, 2019 à 6:38

    Quand je pense qu’il y a des gens qui trouvent Musso carrément génial (certains sont même assez violents à le défendre)… Quelle misère!

  5. Martine Duchesne
    avril 2, 2019 à 6:43

    Ça me fait marrer que tout le monde critique Musso, Lévy et consorts mais ils n’ont jamais été autant vendus…
    Moi je lis un peu de tout et je n’ai pas peur de dire que je lis Musso chaque année ! Il n’y a pas de honte à ça…
    On oblige aussi les librairies à vendre les grands prix (Goncourt,…) qui pour certains sont chiants à mourir et pas nécessairement de la grande littérature…
    L’amour des livres, c’est aussi aimer la découverte et la diversité !
    Et l’important c’est de lire…

  6. Celine Aguettaz Courtois
    avril 2, 2019 à 6:44

    Immonde comme système. Et si il n’y avait que ça que les éditeurs font

  7. Noémie Champion
    avril 2, 2019 à 6:45

    C’est affolant j’étais en stage dans une minuscule librairie et il ne pouvait pas prendre moins de 8 exemplaires d’un Musso c’est énorme pour une petite structure : c’est des livres qui vont forcément être au retour. Pertes d’argent, de temps (et si on cherche bien écologiquement)

  8. Nem Ah Zouz
    avril 2, 2019 à 6:55

    Les librairies devraient commander directement chez Amazon.

  9. Gabriel Polderman
    avril 2, 2019 à 7:11

    J’aime assez lire un Musso de temps en temps,il a une écriture « distrayante »…en littérature comme en cinéma il y a les oeuvres « sérieuses » et les oeuvres de pur divertissement, il ne faut juste pas demander à l’un d’être l’autre…Par contre je trouve cette pratique de l’envoi d’exmplaires non concertés avec le libraire et qu’en plus il doit payer inadmissible !

  10. Gé Ribbe
    avril 2, 2019 à 7:13

    Je pense que les livres de Musso n’ont pas besoin du forcing de Hachette. Ils sont suffisamment attendus 👍🏻

  11. Elisabeth Roche
    avril 2, 2019 à 7:53

    Les libraires ont le droit de choisir les livres qu’ils veulent vendre. Ils connaissent leur clientèle. S’ils ne veulent pas de Mussolini, qu’on les laisse tranquille. Est-ce que les chiffres des ventes de Mussolini comptent les livres imposés puis renvoyés ? Du coup, je me pose la question

  12. Monique Sérot Chaïbi
    avril 2, 2019 à 8:13

    Prenons le bon côté des choses, si la maison d’édition force le lecteurs à acheter ce type de littérature, c’est qu’elle n’a pas autant de succès que cela. Et c’est tant mieux pour la vraie littérature !

  13. Stephanie Cléo
    avril 2, 2019 à 8:46

    Un libraire n’a pas le droit de refuser les offices ? En grande distribution, on peut le faire et commander les grosses sorties en quantités limitées

  14. Marie-thérèse Goës
    avril 2, 2019 à 9:38

    Moi j aime bien Musso. Je viens de recevoir le dernier. Il n y a pas de mauvaise lecture. Il faut arrêter de jouer les intellectuels.

  15. Association Les Fées des Livres 93
    avril 2, 2019 à 9:54

    Ancienne libraire, j’ai bien connu ce genre de situation les offices forcés qui mettent à mal la trésorerie de la librairie !

  16. Christine Marsan
    avril 2, 2019 à 10:42

    Eh oui d’autres auteurs avaient remarqué .. certains éditeurs achètent les emplacements comme des têtes de gondole. Alors une fois un Livre omniprésent en France + là pub = beaucoup de ventes et tres peu d’auteurs concernes quels que soient les talents

  17. Albertine Bouquine
    avril 3, 2019 à 4:57

    Euhh, comment dire, on vient de découvrir le concept des listes de diffuseurs et que nos gouts et achats étaient induits ? Quelle révélation. Et oui, il y a de plus en plus d’impostures dans ce joli monde, et tout est « marchand ».

  18. Véronique Martin
    avril 3, 2019 à 5:42

    Lamentable. Ces pratiques des gros éditeurs détruisent les petits et moyens éditeurs, là où l’on trouve encore de la passion et des voix originales.

  19. Coeur de Paillettes
    avril 3, 2019 à 5:43

    Bonjour ! Amatrices et amateurs de lecture, ce groupe est fait pour vous ! Lieu d’échanges d’avis, de conseils, et surtout de livres, pour le plus grand bonheur de tous !

    https://m.facebook.com/groups/1895745960642489

  20. Christian Morel de Sarcus
    avril 3, 2019 à 8:30

    Triomphe d’Amazone. Les libraires sont soumis et paresseux intellectuellement (des exceptions). Quant à des Musso….il y en a toujours eu.La littérature ? Qui Musso, lit, nie !

  21. Jean-Luc Tafforeau
    avril 3, 2019 à 10:20

    Ah… s’ils pouvaient « forcer les libraires » à acheter les livres des éditions AO… Quoique, forcer n’est pas jouer 😉

  22. Peggy Schaeffer
    avril 3, 2019 à 10:21

    Voilà pourquoi je privilégie les petites librairies qui vous font découvrir des écrivains souvent inconnus, mais « non grand public ». Et tanpis si je ne peux en parler avec personne parce que personne ne l’a lu.

  23. Ines Flaugere
    avril 3, 2019 à 12:03

    Bien!!!!!! Pourquoi devoir forcer la vente d’un auteur sinon pour fourguer ce que les lecteurs jugent décevant!!!!!!!! Musso: bof, bof…

  24. Patrice Eckert
    avril 3, 2019 à 1:57

    Il n’y a pas de honte, non plus, à lire de la bonne littérature!

  25. Blanchard Hervé
    avril 3, 2019 à 2:18

    Personnellement en 30 ans de librairie , grosse en effet, je n’ai jamais eu d’office sauvage . Les représentants passaient me voir : j’ai toujours refusé de travailler autrement et je n’ai jamais eu de problèmes de cet ordre . C’est vrai que j’étais en niveau 1. Je n’ai jamais eu de problèmes à vendre Musso, Levy et autres auteurs à best sellers. Cela permet de faire de la trésorerie et ainsi d’avoir des rayons à faible rotation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *