Aller à…

Osez Les Livres

Osez Les Livres on YouTubeRSS Feed

Victor Hugo, Jacques Prévert… Notre-Dame de Paris, un monument de lyrisme


Notre Dame source d’inspiration

Victor Hugo, Jacques Prévert… Notre-Dame de Paris, un monument de lyrisme



Source : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/victor-hugo-jacques-prevert-notre-dame-de-paris-un-monument-de-lyrisme-15-04-2019-8054100.php?fbclid=IwAR2fI54flBplofVwAYqbHc7MP_0aC6DYzf07ERa6eMl3bp9XYhh5441kDrM

Mots clés: , , , , , , ,

Une réponse “Victor Hugo, Jacques Prévert… Notre-Dame de Paris, un monument de lyrisme”

  1. Jean Sarde
    avril 16, 2019 à 7:41

    Ode pourrie pour Notre Dame de Paris.

    Jacquerie.

    La pauvreté c’est dégueulasse
    du mauvais coton
    ma pauvreté est à chier
    n’approchez pas
    un pauvre diable dans sa glace
    en enfer ma pauvreté prends pas de place
    Dieu seul sait pourquoi je suis là
    si la pauvreté t’y force
    tu diras c’est mon karma
    mon mal têtu
    ma vie foutue
    la pauvreté prends le temps
    Seigneur j’ai péché
    pour coups et blessures
    ma page jaunie sans ratures la pauvreté c’est un amour sans clef de voute la Notre Dame des yeux crevés ses propres flammes à la barbe du mensonge français
    la pauvreté aime les hivers rigoureux
    une femme fatale au fond des yeux
    la planisphère sans dessus dessous
    de la gamelle d’alu devant le palais Garnier
    une maraude sans souris sur la pointe des pieds
    la soupe chaude
    le dos scoliosé
    la pauvreté c’est dégueulasse
    ça prend de la place
    la flicaille peut débarquer
    la pauvreté
    c’est prendre le petit jésus pour le taulier
    c’est du bonheur raflé
    l’âme du rouquin au goulot
    la pauvreté
    c’est du boulot
    tout le temps se baisser
    sourire et puis pleurer
    la pauvreté c’est de la gabelle
    les os à ronger
    la mansarde des pensées
    c’est carême pour toute l’année
    liturgie du pain sec

    « …merde au Capitaine Jules Brunet. »

    du pavé mouillé
    ta seule richesse à fleurs fanées
    c’est de se confier
    le corps décomposé
    devant une vierge en plâtre
    comme un esquif jeté aux entrailles de trois maries
    la pauvreté affalée sur un canon à Montmartre
    ce Golgotha communard
    au quatre vents de l’esprit émacié la pauvreté c’est du Paris ignifugé un Paris chargé d’asphodèles de la jaunisse sur champs Elysées
    la pauvreté que je n’aurais pas dû imaginer
    d’une môme allonge toi là
    pour une orgie
    le vol d’une tablette de chocolat
    la pauvreté sous interrogatoire
    du sermon criard sur ma montagne
    je n’en parlerai même pas
    la pauvreté se mérite sous le joug
    pour avoir pris le mal pour du bien
    y a pas de mal c’est pas pardonnable la pauvreté sous écrou n’approchez pas! la pauvreté qui ne vaut pas dix sous à faire trois fois trois cent pas.

    J.S

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *